Bastides

Ayant découvert les bastides avec leur inventeur historique, Félix de Verneilh, et plus particulièrement Monpazier et les autres bastides du Périgord, Léo Drouyn est parfois assez réservé sur l’intérêt des vestiges de certaines bastides girondines comme Créon, Libourne, Pellegrue ou Monségur (dont il n’a pas vu les remparts), et qu’il étudie surtout du point de vue de l’histoire et du plan. Les fortifications de Cadillac, les portes de Sauveterre de Guyenne, et surtout les vestiges de Sainte-Foy la Grande ont, par contre, davantage retenu son intérêt d’archéologue et de dessinateur.

Bernard Larrieu