Monastères

Avec l’Album de la Grande Sauve, puis ses écrits ultérieurs, Léo Drouyn montre un intérêt majeur pour les abbayes girondines, auxquelles il pensa un moment consacrer un ouvrage. Au-delà de la nostalgie qui se dégage souvent des ruines romantiques de ces monuments et à laquelle il est sensible, il s’intéresse à leur influence spirituelle et stylistique, qu’il compare aux ondulations que provoquent des pierres de grosseurs différentes, jetées dans un bassin, « ces ondulations se rencontrant, se mêlent, s’entre-croisant, se confondent … ou bien faisant des ricochets, jettent des  colonies loin de leur point de départ… leurs rayons autour d’eux plus ou moins prolongés, suivant la grosseur de la pierre, suivant que leurs foyers ont plus ou moins de force… ». Ainsi étudie-t-il de manière pionnière l’influence des abbayes de La Sauve et de Saint-Ferme sur les églises des environs.

Bernard Larrieu