Paysages

Léo Drouyn fut, on le sait, d’abord un artiste paysagiste, et cette passion du paysage ne le quitta jamais. Ses eaux-fortes de paysage sont le plus souvent, au tournant des années 1850, consacrées aux landes girondines et aux environs du Bassin, auquel il a consacré également un portefeuille de belles lithographies en bichromie, imprimées chez Légé. Pour le Magasin pittoresque, il vendit aussi quelques dessins, gravés sur bois par les graveurs d’Edouard Charton. Pour Vieillard, il réalise des gravures sur acier pour décorer une série d’assiettes, dont la lande est également le sujet principal. Mais c’est surtout à l’Alliance des Arts et à L’Artiste qu’il réserve de belles eaux–fortes « pittoresques » dont les sujets sont assez variés (la lande, la vallée du Lot, Roquetaillade…). Le succès de cette production l’amena, après avoir donné deux belles planches à la Société des aquafortistes (« Maison dans les Landes » et « Le lac de Lacanau »), à présenter au Salon de Paris, entre 1865 et 1870, de grandes et superbes eaux fortes au sujet plutôt urbain, dont deux – « Bordeaux au soleil couchant » et le « Portail de Saint-Michel » – lui valurent une consécration nationale au Salon 1867 (médaille d’or de la section gravure).

Bernard Larrieu